Projet Employabilité - Phase pilote de mars à août 2019 

 

Le chemin vers une place d’apprentissage ou une prise d’emploi est long et difficile. Afin de soutenir les personnes réfugiées dans ce processus, Le lieu-dit a mis sur pied un projet alliant le savoir-faire d’un psychologue conseiller en orientation et les ressources des bénévoles. 

Avec cette double approche, nous voulons accompagner de manière soutenue et personnalisée les personnes désireuses de se former ou prêtes à travailler. 

 

Chaque personne dans le programme se voit « attribuer » un bénévole qui l’accompagne tout au long du processus, renforçant ainsi le travail du psychologue conseiller en orientation. 

Les bénévoles pourront donc consolider le travail du psychologue conseiller en orientation notamment en : 

  • soutenant les bénéficiaires du programme dans leurs réflexions 

  • les aidant à rédiger des lettres de motivations, CV, etc 

  • accompagnant ces derniers lors des rencontres avec les patrons 

  • motivant et encourageant les bénéficiaires tout au long du projet 

 

Avec ce projet, Le lieu-dit souhaite amener une solution au problème criant de l’employabilité chez les détenteurs de permis B. Cette approche nouvelle fondée sur une collaboration et une coordination entre professionnels et bénévoles est un complément aux systèmes mis en place actuellement. En misant sur le volontariat et les liens sociaux déjà existants, Le lieu-dit espère ainsi mener un projet adéquat et pertinent pour la population à laquelle il s’adresse. Fais sur mesure, pensé et conçu par des personnes travaillants dans le domaine de la migration, de l’intégration et des psychologues conseillers en orientation, ce projet espère répondre au plus près aux besoins de cette population. 

 

En termes de charge de travail pour le bénévole, il faut compter environ 1h30 par semaine. 

Que dit la loi?

 

  • Les détenteurs d’un permis N “requérants d’asile en procédure” 

Ne peuvent pas exercer d’activités lucratives pendant les 3 premiers mois suivants le dépôt de leur demande, mais peuvent obtenir une autorisation de travail de la part des autorités cantonales:

  • si la situation économique et de l’emploi le permet  (art. 52, al. 1, let.a, OASA)

  • si les conditions de rémunérations et de travail sont remplies (art. 22 LEtr)

  • si l’ordre de priorité est respecté (art. 21 LEtr)

  • Les détenteurs d’un permis F “réfugiés admis à titre provisoire” 

« Quiconque a obtenu l'asile en Suisse ou y a été admis provisoirement comme réfugié est autorisé à exercer une activité lucrative et à changer d'emploi et de profession. » art. 61, LAsi

  • Les détenteurs d’un permis F “étrangers admis à titre provisoire” 

Les personnes admises provisoirement peuvent obtenir de la part des autorités cantonales une autorisation d'exercer une activité lucrative, indépendamment de la situation sur le marché de l'emploi et de la situation économique. Art. 85, al. 6, LAsi

 

Les détenteurs de permis F et B peuvent donc travailler librement sur le territoire suisse.

Vous trouverez ici le lien et la marche à suivre pour employer une personne ayant un permis F et N.

  • Les détenteurs d’un permis B (résident longue durée)​​

Les personnes admises avec un permis B peuvent travailler en Suisse.

Formulaire 1350: Autorisation de travail, requérants d'asile et admis provisoire (F et B)

Employabilité

​contactez-nous: 

Association Le lieu-dit 

Rue des Marchandises 1 

1260 Nyon